Témoignage de Dounia, accouchement traumatisant, nombreuses violences durant le travail

C’était il y a deux ans maintenant, ma première grossesse qui s’est déroulée à merveille, grossesse tant attendue et désirée. Suivie par une gynécologue aussi froide que désagréable.. A presque trois semaines de mon terme elle effectue un TV (touché vaginal) ultra douloureux j’ai cru que j’allais m’évanouir de douleur, tout ça pour me dire « vous êtes à 2, ne faites pas d’effort car je ne bosse pas ce week-end ».

Quatre jours plus tard, une consultation de routine se transforme en cauchemar je suis toujours ouverte à 2 sans AUCUNE contraction. Monito pendant des heures et tout va bien du côté de maman comme bébé, la SF (ndlr: sage femme) revient avec la fameuse gynécologue qui juge que mon bébé a fait un « pic cardiaque », je lui explique que le soir bébé est souvent énervé.. Un autre TV toujours aussi douloureux et là comme par enchantement je suis à « 2 doigts et demi » je passe en salle de naissance il est environ 21h.

Je ne veux pas de péridurale mais malgré ça je n’ai pas le droit d’accéder à la salle nature que l’on m’a tant vanté durant ma grossesse. Je suis clouée au lit dans une salle trop lumineuse et froide puis scotchée a un monito fixe, perfusée, tétanisée et en pleure on m’explique qu’on va m’injecter un produit pour accélérer les contractions.

TV toutes les heures je pense mourir à chacun d’entre eux.. La SF me démoralise en me disant que si j’ai mal lors des TV j’aurais mal au passage car « la tête de bébé c’est comme ca » tout en mimant avec ses mains le diamètre de la tête d’un bébé .

Je tiens quand même le coup malgré les douleurs insoutenables je n’ai aucune aide, ni soutien si ce n’est mon conjoint. Vers 6h on me perce la poche des eaux là je pense réellement crever tellement la douleur est intense. Je hurle, il y a le changement d’équipe, une SF me crie dessus car ça l’agace tous ces gémissements de douleurs, elle me balance « de toute façon c’est foutu pour la péridurale là je peux vous faire une rachis-anesthésie ».

Je refuse tout et la gynéco entrouvre la porte pour balancer une menace de césarienne « si ça n’avance pas ». Je suis à dilatation complète et commence à pousser, deux sage femme montent sur des tabourets afin d’exercer une pression sur mon ventre, tout à coup je sent l’avant bras entier de la gynéco s’enfoncer pour faire une version sans me prévenir car le bébé  regardait vers le haut. On pose mon bébé sur moi, je remarque  un énorme coup sur son petit nez. Je ne peux ni rire ni pleurer jusqu’aujourd’hui je ne m’en remet pas malgré les remarques du style « tu vas bien, bébé va bien c’est l’essentiel » non je ne vais pas bien.

J’ai entamé les démarches pour récupérer mon dossier médical.

Laisser un commentaire